Inclusion/handicap

Ce qui va changer au quotidien pour vous :

Augmentation jusqu’à 35 heures du temps de travail des accompagnants des élèves en situation de handicap pour les revaloriser et mieux aider les enfants.

Mise en place d’un fonds territorial d’accessibilité piloté par les préfets, pour les lieux publics.

Proposer un revenu d’études pouvant aller jusqu’à 500€ par mois pour les étudiants en situation de handicap.

Accélérer la recherche pour les handicaps dits « rares » et psychiques.

 

Ce qui a changé pour vous :

  • Avant, une personne en situation de handicap devait justifier en moyenne 9 à 10 fois au cours de sa vie de son handicap auprès du même organisme. Depuis 2018, plusieurs droits peuvent être reconnus à vie pour les personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement.
  • C’était attendu depuis 30 ans : 350 000 Français, majeurs protégés, peuvent enfin exercer pleinement leur droit de vote, ce devoir fondamental de citoyen.
  • En 2017, 321 500 enfants handicapés étaient scolarisés en milieu ordinaire. A la rentrée 2021, ils sont plus de 400 000, soit une augmentation de 24% en 5 ans.
  • Les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) sont désormais reconnus, avec une sécurisation des conditions d’emploi, la revalorisation de leur métier et le renforcement de leur appartenance à la communauté éducative. Leur salaire a été augmenté de 600 euros par an.
  • Les aidants peuvent désormais bénéficier de congés rémunérés pour accompagner leurs proches.
  • Pour les 1,2 million de personnes bénéficiaires, l’allocation adulte handicapé (AAH) est passée d’environ 800 euros à plus de 900 euros par mois, comme Emmanuel Macron l’avait promis.
  • Les troubles autistiques et du neurodéveloppement sont désormais mieux pris en charge : en misant sur les progrès des diagnostics et des modalités d’accompagnement de l’autisme, 20 000 enfants sont désormais suivis après avoir été bien orientés. Les bilans sont désormais gratuits.
  • Ce quinquennat a aussi permis de vraies avancées en matière d’accessibilité. Par exemple : 100% des logements neufs doivent être équipés d’un ascenseur dès le 3ème étage ; le numéro d’urgence 114 est désormais accessible aux sourds et malentendants ; la communication gouvernementale et de l’État a enregistré des progrès avec beaucoup plus de contenus accessibles.

Pour améliorer concrètement l’accès aux droits :

  • Pour un meilleur accès à la prestation de compensation du handicap (PCH), la barrière d’âge de 75 ans a été supprimée, et les bénéficiaires y ont droit à vie lorsque le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement.
  • La « PCH parentalité » a été créée. C’est une nouvelle aide pour les actes de la vie quotidienne des parents en situation de handicap allant jusqu’à 900 euros par mois, auxquels s’ajoute un budget pour les aides techniques.
  • Pour les 1,2 million de personnes bénéficiaires, l’allocation adulte handicapé (AAH) est passée d’environ 800 euros à plus de 900 euros par mois, comme Emmanuel Macron l’avait promis. 120 000 foyers touchent également 110 euros de plus par mois lorsque le bénéficiaire est en couple.
  • De nouveaux droits pour les majeurs protégés : le droit de vote des majeurs sous tutelle est maintenant garanti. Ainsi 300 000 personnes sont reconnues dans leur pleine et entière citoyenneté. La loi dispense également les majeurs sous protection de demander une autorisation pour se marier, divorcer ou se pacser.
  • Pour un meilleur accès aux soins, des lieux de soin adaptés ont été déployés (Handiconsult par exemple), et de nouvelles règles de financement des consultations ont été mises en place. De nouvelles aides techniques pour l’autonomie des personnes handicapées sont maintenant remboursées.

Pour une école vraiment inclusive :

  • La rentrée 2021, c’est plus de 400 000 enfants en situation de handicap scolarisés, soit 24% de plus en 5 ans : une augmentation sans précédent.
  • Les unités locales d’inclusion scolaire (ULIS) ont été développées, pour accueillir les élèves en situation de handicap. En septembre 2021, on comptait 10 014 unités soit une augmentation de 16% depuis septembre 2017.
  • Depuis 2017, les classes adaptées à la scolarisation des enfants autistes ont été multipliées par trois à l’école maternelle et élémentaire avec 319 classes ouvertes sur le territoire en septembre 2021.
  • L’insertion des personnes handicapées dans les études supérieures est également en marche en prenant mieux en compte leurs besoins spécifiques et en faisant respecter le droit à la compensation.
  • Les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) sont mieux recrutés, formés, et travaillent dans deux meilleures conditions. Ils doivent bénéficier d’un contrat d’une durée minimale de 3 ans, renouvelable une fois avant la transformation en CDI et d’une formation initiale de 60h. Leur salaire a été augmenté de 600 euros par an.
  • La coordination entre l’AESH et les parents s’améliore grâce à l’instauration d’un entretien obligatoire.
  • Les AESH sont désormais gérés au niveau départemental, avec la création de pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) pour faciliter la coordination des ressources humaines et éducatives au plus près des élèves en situation de handicap et garantir une meilleure coordination entre les structures de l’éducation nationale et le secteur médical et médico-social.

Pour une meilleure inclusion économique :

  • Avec un véritable plan d’action opérationnel associant les employeurs et les personnes en situation de handicap, mais également les acteurs de terrain, c’est un renversement des mentalités qui s’opère, à travers la mise en œuvre de la stratégie « Osons l’emploi ».
  • Pôle Emploi est devenu la porte d’entrée unique pour tous, grâce aux rapprochements des agences Pôle Emploi et Cap Emploi.
  • Les entreprises sont mieux accompagnées dans leur politique RH avec la mise en place d’un référent handicap dans toutes les entreprises de plus de 250 salariés.
  • Des aides à l’embauche ont été mises en place pour les entreprises employant des personnes en situation de handicap. Pour tout recrutement en CDI ou CDD de plus de 3 mois, une aide spécifique a été créée : depuis, 10 000 recrutements ont été faits, dont 66% en CDI.
  • Depuis maintenant 4 ans, le DuoDay rencontre un succès grandissant en France, avec 17 000 duos de personnes en situation de handicap et de professionnels enregistrés en 2021 soit 32% de plus qu’en 2019. En 2020, 10% des duos formés ont abouti dans les 3 mois à des offres de stage, d’apprentissage et d’emploi.
  • Sous ce quinquennat, l’apprentissage a connu une véritable révolution pour tous les publics, dont les personnes en situation de handicap, notamment grâce à une aide de 5 000 euros pour un alternant de moins de 18 ans et de 8000 euros pour un alternant majeur. Pour accélérer le processus, un référent handicap a été nommé dans chaque CFA.
  • Les passerelles entre les établissements ou services d’aide par le travail (ESAT) et le milieu du travail ordinaire sont facilitées, pour mieux reconnaitre l’expérience engendrée par les personnes handicapées et leur permettre de la valoriser dans le monde du travail dit ordinaire.
  • Avec la mise en place de l’aide à la vie partagée dans les départements, financée à 80% par l’État, il existe aujourd’hui des habitats alternatifs de qualité qui respectent le choix de vie des personnes pour en finir avec le dilemme entre le « tout établissement » et le « tout domicile ».

Pour soutenir les personnes handicapées pendant la crise sanitaire :

  • Les consignes sanitaires ont été assouplies pour les personnes handicapées : dérogation pour les déplacements et pour le port du masque pour les personnes en incapacité de le porter.
  • Un numéro d’appel national unique, le 0.800.360.360, a été installé en urgence en juin 2020 afin que les personnes en situation de handicap et leurs aidants sans solution puissent rapidement trouver des interlocuteurs de proximité pour les aider.
  • Les droits arrivant à expiration et ont été prorogés automatiquement, avec une garantie de ressources, notamment pour les travailleurs d’établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Un soutien spécifique pour les ESAT a également été mis en œuvre en 2021, via les Agences régionales de santé.
Revenir à la carte

Nous
contacter



    Je souhaite être recontacté(e)
    Je souhaite recevoir des informations complémentaires