Éducation

Depuis 2017, l’instruction dès 3 ans est devenue obligatoire et des centaines de milliers d’enfants de grande section, CP, CE1 ont bénéficié́ de la division par deux du nombre d’élèves par classe. Des écoles rurales ont été préservées et l’accent a été mis sur les fondamentaux : lire, écrire, compter. L’aide aux devoirs, les petits-déjeuners gratuits ont répondu à des inégalités criantes. La réforme du lycée et du baccalauréat a donné plus de choix aux élèves. Pendant la pandémie, la France a fait le choix fondamental de garder ses écoles ouvertes, plus que les autresgrands pays, pour que nos enfants continuent d’apprendre et ne décrochent pas.

Mais cela ne suffit pas : notre système scolaire n’est plus ni à la hauteur de notre histoire ni des enjeux de notre futur. La réussite à l’école est encore trop liée à l’origine sociale.

En 40 ans, les enseignants ont subi un inacceptable déclassement, et l’école ne rassure plus assez les parents. Pour former des citoyens, faire s’épanouir les enfants, préparer aux métiers de demain, il faut poursuivre la transformation de notre système scolaire, revaloriser les enseignants, donner toute leur place aux initiatives du terrain : nous le ferons avec une méthode nouvelle, en refondant l’école avec ceux qui la font vivre chaque jour, avec vous.

 

Pour nos enfants

Les fondamentaux

  • Augmenter les heures de français et de mathématiques en primaire et en 6e et mettre les mathématiques dans le tronc commun du lycée.

Le bien-être

  • Plus de sport : 30 minutes par jour en primaire dès 2022, 2 heures en plus par semaine au collège.
  • Un contrôle parental des écrans des enfants systématiquement proposé à l’installation, afin de limiter leur accès aux réseaux sociaux.
  • Généralisation et renforcement des délégués « non au harcèlement scolaire » au collège et soutien aux plateformes 3018 et 3020.
  • Augmentation jusqu’à 35 heures du temps de travail des accompagnants des élèves en situation de handicap pour les revaloriser et mieux aider les enfants.

L’orientation

Connaître plus tôt pour mieux choisir plus tard : tous les enfants découvriront, de la 5e à la 3e, plusieurs métiers, dont les métiers techniques et manuels.

Faire du lycée professionnel une voie d’excellence, avec la méthode qui a réussi sur l’apprentissage.
Les périodes passées en stage en entreprise augmenteront de 50%, et les jeunes seront rémunérés.

Rendre Parcoursup plus prévisible en donnant les résultats précis des années précédentes et en accompagnant mieux les familles.

Ouvrir toutes les places néces- saires dans les filières du supérieur qui correspondent aux besoins
de la Nation
, à commencer par les BTS, BUT, licences pro, et réguler les filières qui ne mènent pas assez à l’emploi.

 

À construire avec vous

Le chantier de l’école

Une conférence des parties prenantes, déclinée sur tout le territoire, afin de bâtir des solutions nouvelles.

>>> Des objectifs clairs :

  • Former mieux, et transmettre les savoirs fondamentaux, les principes de la République, les compétences nécessaires aux métiers de demain.
  • Donner les mêmes chances à tous : garantie du remplacement des enseignants absents, suivi personnalisé, poursuite des classes dédoublées.
  • Mieux reconnaître les enseignants.

>>> Des leviers à construire ensemble :

  • La transparence sur tous les indicateurs de réussite éducative au niveau le plus local.
  • Plus de liberté pour les établissements dans leur organisation interne, pour le recrutement d’une partie de l’équipe pédagogique…
  • Un pacte proposé à tous les enseignants avec, pour ceux qui l’acceptent, de nouvelles missions et des rémunérations augmentées en conséquence.

 

Ce qui a changé pour vous

Pour une école de la réussite, qui accorde une place à chacun :

Donner à tous les mêmes chances de réussir

  • Pour un meilleur suivi et une meilleure progression des élèves, toutes les classes de CP et CE1 et la moitié des grandes sections de maternelle en éducation prioritaire (REP et REP+) ont été dédoublées (maximum de 12 élèves par classe). Ce sont 340 000 élèves qui en bénéficient à la rentrée 2021. 
  • Hors éducation prioritaire, toutes les classes de grande section, de CP et de CE1 seront plafonnées à 24 élèves d’ici la rentrée 2022, 80% remplissent déjà cet objectif.
  • Les petits déjeuners sont désormais offerts aux élèves du CP au CM2, dans des écoles du réseau d’éducation prioritaire (REP et REP+). 300 000 enfants en bénéficient déjà, ils seront 400 000 à la fin de cette année.
  • La cantine à 1 euro est aussi accessible dans 3900 communes qui ont peu de moyens.
  • Le programme « Devoirs faits » permet à des élèves volontaires de bénéficier, au sein de leur collège, d’une aide et d’un accompagnement entièrement gratuits par des personnels de l’éducation nationale pour faire leurs devoirs.
  • Pour mieux cerner les besoins de nos enfants, leurs compétences sont désormais évaluées à travers toute la France en début de CP, CE1, 6ème, 2nde et 1ère année de CAP.
  • 126 Cités éducatives ont été déployées dans les quartiers emblématiques de la politique de la ville afin d’intensifier l’accompagnement éducatif de 700 000 enfants et jeunes, avant, pendant et après le cadre scolaire. Elles fédèrent les services de l’État, les collectivités, les parents, les associations et les habitants, avec un objectif de 200 cités éducatives au cours de l’année 2022 pour bénéficier à un tiers des jeunes des quartiers prioritaires.
  • Pour lutter contre l’autocensure des jeunes en milieu rural, nous avons lancé les 23 « territoires éducatifs ruraux » qui mobilisent tous les acteurs locaux pour assurer un meilleur accompagnement sur toute leur scolarité.
  • Pour assurer la concentration des élèves, l’utilisation du téléphone portable dans l’enceinte des établissements des écoles et des collèges a été interdite, en parallèle de l’introduction d’un enseignement relatif à l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux.
  • 1 million de jeunes ont bénéficié du dispositif de vacances apprenantes en 2020.
  • 307 internats d’excellence sont ouverts partout en France à la rentrée 2021.

Une école plus inclusive qui accorde une place à chacun

  • Le développement d’une école plus inclusive c’est notre capacité à intégrer tous les enfants à l’école. 400 000 élèves en situation de handicap ont été accueillis à l’école à la rentrée 2021, c’est 20% de plus qu’en 2017.
  • Les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) sont désormais reconnus, avec une sécurisation des conditions d’emploi, la revalorisation du métier et le renforcement de leur appartenance à la communauté éducative.
  • Des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) ont été créés sur l’ensemble du territoire ; pour une meilleure prise en compte des besoins pédagogiques, humains et thérapeutiques des enfants en situation de handicap.

Pour une école de la confiance qui donne aux élèves les moyens de préparer leur avenir et leur parcours professionnel :

  • L’accompagnement à l’orientation s’est considérablement amélioré : concrètement, les élèves bénéficient de 12 heures dédiées à l’orientation en 4ème, 36 heures en 3ème et 54 heures par an de la Seconde à la Terminale. La classe de 3ème « prépa-métiers » a été lancée, pour mieux accompagner certains élèves dans la découverte de la filière professionnelle.
  • La réforme de l’apprentissage pour le rendre plus attractif permet de mieux protéger les apprentis et de simplifier le financement et la gouvernance de l’apprentissage.
  • Le nombre d’apprentis a doublé avec plus de 720 000 contrats signés en 2021, un record pour la France et en Europe.
  • La transformation de la voie professionnelle a permis d’amorcer la revalorisation des filières professionnelles.
  • Le nouveau baccalauréat général et technologique permet aux lycéens de choisir des spécialités qui correspondent à leurs goûts et aspirations et de mieux se préparer à l’enseignement supérieur.
  • Parcoursup a signé la fin du tirage au sort et l’assurance de plus d’équité et de transparence pour entrer dans les études supérieures. 10 000 lycéens boursiers supplémentaires ont ainsi pu intégrer l’enseignement supérieur.

Pour une école républicaine qui façonne un destin commun :

  • L’éducation et la formation sont des ciments pour la cohésion nationale et l’émancipation. Un continuum éducatif obligatoire a été instauré pour les enfants de 3 à 18 ans au lieu de 6 à 16 ans auparavant.
  • L’instruction en famille a été limitée à des circonstances très spécifiques pour éviter les contournements sous prétexte d’un choix idéologique ou religieux et lutter contre les dérives sectaires et la déscolarisation des enfants. 
  • Le contrôle des écoles dites « hors contrat » a été renforcé (durcissement des régimes d’ouverture des établissements, obligation de contrôle au moins une fois par an, critères supplémentaires pour le recrutement, rehaussement des sanctions pénales en cas d’ouverture illégale, possibilité de fermeture d’un établissement pour dérives ou manquements graves).

Pour une école de l’engagement civique, du sport et de la culture :

  • Après les premiers succès des séjours du Service National Universel (SNU), 50 000 jeunes en bénéficieront en 2022.
  • Pour favoriser l’engagement citoyen, la valorisation de la réserve civique des 16-18 ans a permis à des dizaines de milliers de jeunes d’apporter bénévolement leur aide, notamment depuis le début de la crise sanitaire.
  • Le « Pass Sport » lancé à la rentrée 2021 accorde une aide de 50 euros par enfant pour que les familles puissent inscrire leurs enfants dans un club de sport. La pratique sportive a également été sécurisée par un plan de lutte contre les violences, contre les noyades et le développement du « savoir rouler à vélo ».
  • Le « Pass culture », élargi en janvier 2022, permet de favoriser dès le collège l’accès des jeunes à la culture.
  • L’enseignement des langues régionales a été valorisé pour mieux conserver et transmettre notre patrimoine culturel.

Pour une école qui valorise les personnels (Grenelle de l’Éducation) :

  • Les personnels de l’Éducation sont mieux reconnus financièrement, avec 1,1 milliard d’euros supplémentaires en 2 ans (2021-2022). Un professeur en début de carrière est passé en février 2022 de 1 700 à 1 869 euros nets mensuels. 
  • La fonction de directeur ou directrice d’école a été valorisée, avec la pérennisation de la prime de 450 euros, une reconnaissance de leurs missions et responsabilités et l’accès à une offre de formations spécifiques.
  • Pour favoriser la diversité des parcours et des profils des personnels recrutés, la mobilité est favorisée. Pour accompagner les professeurs de façon plus personnalisée, le nombre de conseillers pédagogiques de circonscription a été augmenté et une direction de l’encadrement a été créée.
  • Un « carré régalien » (information, réponse, protection, accompagnement) a été créé dans chaque rectorat afin d’armer les professeurs pour la défense des principes républicains sur 4 sujets : radicalisation, violences, harcèlement, instruction en famille.
Revenir à la carte

Nous
contacter



    Je souhaite être recontacté(e)
    Je souhaite recevoir des informations complémentaires